Visite au Mondial de l’auto Paris 2018

{"slide_to_show":"1","slide_to_scroll":"1","autoplay":"true","autoplay_speed":"3000","speed":"300","arrows":"true","dots":"true"}

Jusqu’au 14 octobre prochain, se tient à la porte de Versailles le fameux Salon mondial de l’automobile que les passionnés attendent avec impatience. C’est l’occasion de découvrir les dernières nouveautés des constructeurs, mais aussi de se régaler face aux modèles de luxe qu’on croise rarement et pourquoi pas de se renseigner pour un futur achat.

Du concept car à la sportive rarissime

Le mondial de l’automobile de Paris réunit cette année un florilège de voitures plus luxueuses les unes que les autres. Ainsi le public qui s’y est déplacé a eu le plaisir d’observer la Monza-spi et la 488 Spider sur le stand Ferrari, mais aussi la Bugatti Divo et les derniers modèles de Mazerati et de Lamborghini. Des bijoux aussi incroyables qu’inabordables pour la plupart des visiteurs du salon, sauf en ayant recours à la location de voiture de luxe. Mais le Mondial de l’auto, c’est aussi le lieu où les constructeurs démontrent leur créativité en exposant les dernières idées réalisées dans leurs ateliers. Dans ce cadre-là, les visiteurs ont pu rêver devant l’Audi PB e-Tron et ses lignes incroyablement futuristes, ressentir une pointe de nostalgie face à la Peugeot e-Legend et halluciner devant la Renault EZ Ultimo Go-PRO.

Des nouveaux arrivants sur le marché

Des constructeurs inconnus sur le marché européen sont également présents sur le mondial automobile de Paris 2018. En provenance directe d’Asie, des constructeurs comme Vinfast ou Nio ont proposé des modèles que l’on avait pas vus jusqu’à présent en Europe. En effet, leurs voitures sont à la base destinées pour leurs marchés locaux, mais ils ne sont pas inintéressants pour autant. On note entre autres la Sedan fabriquée par le vietnamien VinFast qui se démarque tout particulièrement. Le constructeur propose également un SUV tout en puissance qui ne manquera pas de frapper les esprits. En plus des Vietnamiens, les Chinois cherchent aussi à développer leurs marques propres comme Nio qui a développé des modèles 100 % électriques avec des attraits certains, mais aussi Lvchi qui se positionne plutôt sur le secteur haut de gamme avec une petite production (à peine quelques dizaines par an), mais qui souhaite délocaliser sa chaîne de production à Turin pour obtenir une marque de fabrique enviée dans le monde de l’automobile : l’empreinte italienne. La Chine et le Vietnam ne sont pas les seuls à vouloir s’implanter sur le marché, font leur arrivée dans cet univers la Russie, la Corée du nord et bien entendu l’Inde avec une volonté farouche de démontrer leur savoir-faire et de conquérir des parts de marché.